Ajouter au carnet de voyage
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Envoyer à un ami

Crillon le Brave

84410 CRILLON LE BRAVE
 
Présentation
Services
Informations
Carte

Crillon le Brave

Crillon-le-Brave est un village typique en pierre, situé à une altitude de 363m, à 15km de Carpentras avec une vue magnifique sur le Géant de Provence, le Mont Ventoux.
Informations/Coordonnées
84410 CRILLON LE BRAVE

Tél: 04 90 65 60 61

Fax: 04 90 12 81 38

Email: mairie.crillonlebrave@wanadoo.fr

Site internet: www.crillonlebrave.fr

Crillon-le-Brave à travers les siècles 

Le promontoire rocheux sur lequel prend place le village a depuis bien longtemps séduit les hommes qui l’ont occupé dès la période préhistorique. Plus tard, le site est habité par la tribu Celto-Ligure des Cavares, puis par les Grecs qui y ouvrent un comptoir, Akradouleion. Enfin, durant la période gallo-romaine, le village a probablement été un oppidum.
A l’époque médiévale, il est fait mention de « Crilo  » dès 1157. Ce nom de Crillon semble trouver son origine dans la racine kr, d’origine indo-européenne, qui fait référence à un rocher ou à un lieu pierreux. 
Vers 1260, le fief est en possession de Raymond Raynier, seigneur des Pilles (Drôme), de Crillon et de Saint Jean de Vassols. Au XIV et XVe siècles, la seigneurie appartient à une grande famille comtadine, les d’Astouaud. Enfin, le 22 mars 1557, Gilles de Berton des Balbes, gentilhomme d'Avignon achète le fief à son beau-frère, François d’Astouaud. Il prend alors le nom de Crillon que ses descendants, possesseurs de la seigneurie jusqu’à la Révolution, garderons par la suite. Le terroir de Crillon comprend alors toujours Saint-Jean de Vassols, hameau situé au sud-est de son territoire. Au XVIe siècle, les détenteurs de ce fief sont nommés «  seigneur de Crillon, Baron de Saint-Jean de Vassols  ». 
Au XVIIe siècle, suite aux exploits du Brave Crillon, fidèle compagnon d’Henri IV, ses descendants portent le titre de marquis. En 1725 le fief est érigé en duché par le pape. Enfin, en 1817, sous la Restauration, le duc de Crillon devient Pair de France.
A plusieurs reprises, Crillon va devoir faire usage de ses remparts. En 1563 notamment, les Calvinistes, avec le seigneur de Saint-Auban à leur tête, pillent et brûlent la commune après en avoir fait autant à Bédoin et Caromb. 
Lors de la Révolution, le nom du village, Crillon, paraissant trop aristocratique, est changé en Roc Libre. Ces temps troublés ne sont pas sans quelques tragiques épisodes : en 1793, dans la nuit du 9 au 10 mars, l'arbre de la Liberté, planté près de la porte Gérin est arraché : les coupables seront exécutés un an plus tard, lorsque la même affaire se reproduit à Bédoin.
A la fin du XIXe siècle, le conseil du village décide de rebaptiser la commune : elle s’appelle depuis Crillon-le-Brave, en l’honneur du valeureux compagnon d’Henri IV, et afin d’éviter toute confusion avec la commune de Grillon dans le canton de Valréas. 

Crillon-le-Brave aujourd’hui  

Comme beaucoup de villages, Crillon a souffert de l’exode rural. En 1962, le village compte 186 habitants seulement quand ils étaient 645 en 1851. Dans l'entre-deux guerres, les toits des maisons inhabitées sont enlevés pour éviter de payer des impôts sur les bâtiments vides. Beaucoup de maisons sont alors rasées, notamment dans la partie nord du village. Aujourd’hui, la commune connaît une certaine renaissance : bon nombre de maisons ont été restaurées en résidences secondaires, et une partie importante, en plein centre, est occupé par un hôtel faisant partie des Relais et Châteaux. 
Vous pouvez découvrir le village seul, au fil des panneaux explicatifs ou en compagnie d'un guide-conférencier du service Culture et Patrimoine de la CoVe (toute l'année pour les groupes sur réservation).

MAP